TDAH : la thérapie comportementale au lieu de la Ritaline

De nombreux enfants atteints de TDAH (trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité) se voient aujourd’hui prescrire rapidement des médicaments. La thérapie comportementale est envisagée dans certains cas, mais malheureusement pas toujours. Cependant, un tel traitement thérapeutique peut conduire à une amélioration considérable du TDAH.

Moins de Ritaline grâce à la thérapie comportementale

Les enfants atteints de TDAH se distinguent souvent par leur comportement inattentif et impulsif. En outre, ils sont souvent hyperactifs et peu concentrés. Dans de très nombreux cas, les enfants atteints de TDAH sont « traités » ou mis sous sédatif avec des médicaments tels que la Ritaline.

Toutefois, des recherches ont montré que les enfants concernés se portent beaucoup mieux lorsqu’ils bénéficient d’une thérapie comportementale en plus des médicaments. La dose du médicament prescrit pourrait alors être considérablement réduite. Aujourd’hui, cependant, seuls quelques enfants bénéficient de cette aide. Pourquoi ?

Controverses sur la thérapie comportementale

Peu de médecins recommandent la thérapie comportementale. Une étude américaine, dont les résultats ont été publiés en septembre 2014 dans la revue JAMA Pediatrics, a montré que les médecins ne prescrivent le plus souvent que des médicaments aux enfants atteints de TDAH. La thérapie comportementale n’est même pas proposée dans la plupart des cas.

Ainsi, moins de 25 % des enfants diagnostiqués comme souffrant de TDAH bénéficient, immédiatement après le diagnostic, d’une thérapie par la parole ou d’une thérapie comportementale en plus de leurs médicaments.

L’étude susmentionnée a été la première étude de loin à documenter la mesure dans laquelle les dosages des médicaments prescrits peuvent être influencés par la thérapie comportementale. Et ce, alors que le TDAH fait l’objet de discussions animées depuis au moins 40 ans.

Tout savoir sur les symptômes et le diagnostic du syndrome de sciatique.